Agir de manière concertée sur les zones d’exposition aux pollutions diffuses

 

Responsable opérationnel : BRGM

 
 
 

Objectif 4 : Les lignes d’action

publié le 11 janvier 2018 (modifié le 7 septembre 2018)

4.1 Identifier et sélectionner des zones potentiellement soumises à une pollution diffuse des sols superficiels du fait d’activités anthropiques

4.2 Informer les acteurs et mettre en place des actions sur les zones à risque identifiées

 

Journée mondiale des sols : un colloque pour mettre en lumière leurs interactions avec la santé

publié le 28 novembre 2018 (modifié le 29 novembre 2018)

Chaque année, l’Association Française pour l’Etude des Sols (Afes) et le Club Parlementaire pour la Protection et l’Etude des sols (CPPES) organisent un colloque pour célébrer la journée mondiale des sols. Cette année, le 3 décembre à Nancy, ce sera l’interaction entre les sols et la santé humaine qui sera au coeur des débats.

Des sols pollués qui nuisent à la santé

Le sol est une ressource naturelle non renouvelable. Sa préservation à long terme et le maintien de son fonctionnement sont essentiels afin de garantir le développement des générations futures et la préservation de la biodiversité. Or au fil du temps, les activités humaines ont pollué ce milieu. En France, on en compte entre 300 000 et 400 000, soit environ 100 000 hectares1, 9,5 fois la superficie de Paris.
L’évaluation de l’impact des sols pollué sur la santé humaine est une question scientifique et sociétale primordiale. En effet, une fois pollués les sols sont des réceptacles, voire des réservoirs de contaminants auxquels les populations peuvent être exposées par contacts directs (ingestion ou inhalation de particules de terre) ou indirects (via la chaine alimentaire). La question des différentes voies de transferts des polluants des sols vers les populations humaines est donc une question majeure.

L’imperméabilisation des sols : chaleur et inondations renforcées

L’imperméabilisation des sols conduit à une réduction des infiltrations alimentant les stocks d’eau susceptibles de servir à l’évapotranspiration lors des périodes de fortes chaleurs. C’est notamment l’une des causes du phénomène d’îlot de chaleur au niveau des agglomérations urbaines. Un écart de 3°C peut être observé par rapport aux zones faiblement urbanisées. L’imperméabilisation des sols est aussi responsable de l’amplification du phénomène de ruissellement conduisant à l’aggravation des conséquences liées aux inondations comme en témoignent les récentes inondations de l’Aude en octobre dernier.

Des sols à préserver car essentiels pour notre santé

Abritant plus d’un quart de la biodiversité terrestre, les sols vivants sont essentiels pour nous : l’alimentation de qualité, l’épuration de l’eau, les médicaments ou encore le stockage de carbone les placent au coeur de notre qualité de vie. Leur dégradation dégrade notre qualité de vie, c’est pourquoi il est capital de mettre en lumière la recherche et développer des politiques publiques de préservation.

Organisé grâce au soutien de la région Grand Est et du Grand Nancy, le colloque se tiendra le 3 décembre au Muséum Aquarium de Nancy.

Information et inscription gratuite : https://www.afes.fr/actions/journee-mondiale-des-sols/
Site web : http://www.afes.fr/