RESSOURCES
 

Deuxième enquête santé environnement grand public

publié le 16 mai 2022

Dans la continuité de la première enquête réalisée en 2016, une nouvelle enquête d’opinion grand public sur les questions santé environnement a été mise en œuvre en 2021.

Cette nouvelle enquête prend place dans la dynamique de la préparation des travaux d’élaboration du futur quatrième Plan régional santé environnement (PRSE) Grand Est.
L’objectif principal de l’enquête est de refaire un point sur les principales préoccupations exprimées en matière de santé environnementale des habitants répondants du Grand Est.

Les résultats de cette nouvelle enquête sont assez proches de ce qui avait été observé lors de la première enquête en 2016, même s’ils ne sont pas strictement comparables. Cependant, quelques évolutions semblent à noter.
Par exemple, le niveau de préoccupation des répondants en matière de santé environnement semble en hausse, le niveau d’information à propos de certaines thématiques comme les perturbateurs endocriniens, le radon ou la qualité de l’alimentation est également en progression. On note également des déclarations de changements dans le quotidien des répondants avec par exemple une consommation plus importante de produits issus de l’agriculture biologique.

En résumé, il apparait que :

  • · Le lien entre santé et environnement est considéré comme très fort pour la grande majorité des répondants ;
  • · Les nanoparticules, le radon, la pollution des sols et la radioactivité sont les thématiques à propos desquelles les répondants se déclaraient le moins bien informés ;
  • · La pollution de l’air extérieur, les pesticides dans l’air, la qualité de l’alimentation et les perturbateurs endocriniens sont les thématiques considérées comme les plus préoccupantes ;
  • · Certaines mesures semblent entrées dans les moeurs (comme par exemple le tri des déchets) avec de moins en moins de répondants qui déclarent ne jamais les adopter, alors que d’autres (comme le covoiturage ou l’utilisation du vélo et des transports en commun) sont moins fréquemment adoptées mais ce qui est sans doute lié aux possibilités sur les territoires ; d’autres semblent en progression (consommation locale, de produits biologiques).
  • · Un certain nombre de répondants estime que « chacun d’entre nous » peut agir.

Télécharger :