Une bonne pratique pour une bonne qualité de l’air intérieur dans le bâtiment

publié le 17 janvier 2020

Le développement des bâtiments à haute performance environnementale et énergétique pose un double défi : diminuer les consommations d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre, notamment en limitant les déperditions liées à la ventilation, tout en maintenant une bonne qualité de l’air intérieur.

En effet, nous passons en moyenne 80 % de notre temps à l’intérieur d’un bâtiment. La qualité de l’air intérieur est donc un enjeu majeur, autant que la qualité de l’air extérieur. Il existe deux grands principes pour assurer une bonne qualité d’air intérieur : limiter l’émission de polluants et assurer un renouvellement d’air efficace.

Enjeux et bonnes pratiques pour les métiers du bâtiment

La qualité de l’air intérieur est un sujet de plus en plus prégnant et les professionnels ont leur rôle à jouer, aussi bien dans le choix des produits de construction que dans leur mise en œuvre pendant les travaux, ou encore dans les conseils qu’ils peuvent donner à leurs clients. C’est pourquoi la FFB, avec l’appui technique du Costic, a réalisé un guide présentant pour chaque métier concerné les bonnes pratiques à adopter afin de préserver une bonne qualité d’air intérieur. Ce guide, téléchargeable librement par tous, inclut notamment des fiches par métier, un outil de diagnostic simplifié de la qualité de l’air intérieur dans l’existant et un focus sur la problématique radon. En parallèle, 5 modules de sensibilisation en e-learning sur la QAI ont été créés. Dans le cadre du PRSE3, avec le soutien de la DREAL, la Région et l’ARS, la FFB Grand Est a pu sensibiliser 200 professionnels sur les bonnes pratiques par des réunions et organiser plusieurs formations sur la qualité de l’air intérieur.